Sonia Rykiel

Cela fait maintenant presque un mois que cette grande couturière qui a marqué l’histoire s’est éteinte. Je désirais revenir sur le parcours et sur la vie de cette femme que j’admire tant.

sonia-rykiel-mars-1984

Sonia Flis est née le 25 mai 1930 à Paris. Déjà petite, elle est attirée par l’Art. Sa mère, Fanny, lui inculque à elle et  ses sœurs l’amour des livres. La littérature représentera une grande passion pour Sonia. Après le lycée, Sonia veut créer, dessiner, peindre, et aimerait rentrer dans une école des Beaux Arts. Mais c’est  dans la « Grande Maison de Blanc », place de l’Opéra, que Sonia entrera. Elle décorera les vitrines du magasin, laissant libre court à son imagination. Un beau jour, un vieil homme à la barbe blanche vint la voir : « Mademoiselle, vous avez beaucoup de talent. On m’a dit que vous aviez choisi les foulards qui sont en vitrine. J’ai envie de tous les acheter ». Cet homme à la barbe blanche, c’était Matisse.

Sonia rencontrera par la suite Sam Rykiel. Il travail dans la mode depuis longtemps, et ses parents possèdent la boutique de prêt-à-porter « Laura », Avenue du Général Leclerc. Ils se marient et Sonia tombe enceinte de Nathalie.  C’est à ce moment là qu’elle commencera à dessiner des robes de jersey. En 1962, Sonia fait réaliser un pull très court que ses proches s’arracheront dans la boutique « Laura ». Un an auparavant, Sonia met au monde son deuxième enfant, Jean-Philippe. Né prématurément, il est aveugle. C’est à ce moment là que Sonia redouble de travail. Elle veut créer des vêtements que l’on touche, comme on lirait le braille.

La reine du tricot ouvre son propre magasin en 1968, rue de Grenelle. Elle veut inventer une nouvelle façon de s’habiller. La maille est le moteur de ses collections. Ses créations séduisent, telles que ses robes fourreaux. Sa couleur ? le noir, qui l’a rapproche de Chanel : la presse la surnomme « Coco Rykiel ». Elle détruit les diktats, se dit libre et indépendante.  Puis elle s’intéresse aux rayures, qui deviendront par la suite indispensables dans ses collections.

Féminine et féministe, elle était l’amie de Régine Deforges, Nathalie Sarraute, Madeleine Chapsal et Hélène Cixous entre autre. Sonia publiera plusieurs livres : Et je la voudrais nue, en 1979, La Collection en 1989, De l’Envers à l’endroit en 2005 puis Dictionnaire déglingué, six ans plus tard. Peu à peu, sa fille Nathalie dirige la maison à ses côtés, et reprendra le flambeau à partir des années 2000. La marque s’agrandit, s’implante dans le parfum, les accessoires, le linge de maison, la lunette solaire et optique, puis une première collection de lingerie voit le jour en 2005.

Sonia Rykiel s’est éteinte le 25 août dernier. Véritable icône, la reine du tricot a su imposer son style, ou les doublures disparaissent, les robes et les pulls sont confortables, les coutures sont apparentes et les matières douces et fluides.

Photos : Site Sonia Rykiel               Automne/Hiver 2016-2017 

sr-automne-hiver-2003-2004
Défilé Automne/Hiver 2003-2004

 

sonia-rykiel-hiver-2010-12_2
Défilé Automne/Hiver 2010-2011
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s