Anti-wishlist de Noël

Il est l’heure, en ce mois de décembre, de dresser la fameuse liste de ce que l’on aimerait avoir au pied du sapin. C’est donc naturellement que j’ai décidé, non pas d’exprimer ce qui me ferait plaisir, mais au contraire, ce qui ne se trouvera jamais sur ma liste…

Un jean brodé Gucci

Vu et revu cette année, le jean brodé m’a séduite, puis rapidement lassée. Kitsch par excellence, celle qui jettera son dévolu pour cette pièce se lassera vite de ces motifs floraux et broderies façon patchwork. Un jean qui ne s’éternisera pas dans nos dressing, à l’inverse de nos modèles brut sans excentricité.

jean-gucci

Des slippers Chiara Ferragni

Je n’ai jamais été une adepte de la marque de la blogueuse et femme d’affaire que l’on ne présente plus, Chiara Ferragni. Après les chaussures, viennent les sacs, t-shirts, pulls et coques d’Iphone. Une originalité des produits qui laisse à désirer, et surtout un prix exorbitant… Comptez 135€ le T-shirt, 435€ le sac à dos et 215€ les slippers, au mininum. Certes elles peuvent apporter à une tenue sombre une touche de couleur, mais ces chaussures pailletées, une fois à mes pieds, m’auront déjà vite lassée…

chiara-ferragni-slippers

Comment je m’habille aujourd’hui

Sans cesse adulée, la Parisienne n’a pas fini de faire parler d’elle. Véritable source d’inspiration, elle se glisse dans les articles des magazines, est trop souvent citée en exemple à suivre.  Déjà décrite en 1922 dans l’édition américaine de Vogue pour sa «façon de s’habiller, le je ne sais quoi qui est en elle », un livre lui est consacré en 2014 : How to be a parisian. Puis Ines de la Fressange se lance dans l’écriture, avec La parisienne, un guide illustré, ou l’ancienne mannequin donne ses astuces et bonnes adresses mode, beauté, déco. Cette année, sort en librairie Comment je m’habille aujourd’hui ?  Cet ouvrage, qui aurait pu s’avérer intéressant, ne l’est pas, à mon goût. Un remake de La parisienne, le texte en moins. On y retrouve des idées de tenue et les vêtements sont décrits très simplement. Je découvre une jolie paire de mocassin en parcourant le livre, mais dommage, on ne connait pas la marque. Indifférente, je laisse dans les rayons cet ouvrage au gout d’inachevé.

ines-de-la-fressange

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s